Opération transfert

Mardi 15 mars, 8:30, les enfants sont à l’école. Les grandes manoeuvres peuvent commencer.
Je me suis muni de tous les seaux, épuisettes, tuyaux et serviettes de bain à usage aquariophile disponibles.
Je commence par couper le courant sur le bac, hormis les T5 qui me seront bien utiles pour y voir clair.
Je vidange quelques dizaines de litres d’eau de mer pour y stocker coraux, détritivores et poissons qui retourneront dans le 280 litres et je sors toutes les pompes de brassage.
Je peux maintenant sortir les pierres vivantes, ainsi que les coraux, certains rejoignent directement le nouveau bac, d’autres (les plus volumineux) vont à la poubelle…
De certaines colonies je ne garde que des petits morceaux, en particulier du Montipora plateau vert… la colonie que j’ai jetée devait peser un kilo et mesurait 45 cm de diamètres.
Seules quelques colonies sont transférées dans le nouveau bac en intégralité, notamment les Seriatopora.
Une fois toutes les pierres sorties, il est facile d’attraper mes poissons… d’abord le Zebrasoma flavescens, puis le Centropyge loriculus et le Gramma loreto sont attrapés et relâchés tout de suite 7 mètres plus loin dans le grand bac. De même, les Lysmata debelius passent de l’un à l’autre sans ménagement, suivies de quelques escargots. Les Bernard-l’ermite seront eux remis dans le 280 litres et sont déposés dans un seau de même que mes deux Amphyprion occelaris.
Pas besoin d’acclimatation pour les animaux, j’avais aligné les paramètres du nouveau bac sur ceux de l’ancien dès la mise en service.
Voilà, il ne reste plus qu’à vider complètement l’aquarium en retirant au siphonnage autant de sédiments que possible. C’est la partie fastidieuse de l’opération: le nettoyage et le transport du bac à la cave.
Une fois en position sur le nouveau support, il ne reste plus qu’à remplir avec l’eau neuve préparée à l’avance.
J’ai nettoyé les pierres vivantes et ma femme a bricolé un support en pvc pression sur lequel on a empilé les pierres percées. Comme pour le nouveau bac, les pierres ne sont pas en contact avec les vitres de l’aquarium. C’est important aussi ici, car finalement, il est visible depuis les quatres côtés.
En fin de journée j’ai pu réintroduire les poissons, coraux, escargots et bernard-l’ermite.
J’ai du attendre le lendemain pour raccorder le bac à la cuve technique du grand bac. En attendant, j’ai du y mettre un chauffage et un filtre rapide.
Voilà, cela a été une longue journée, mais je n’ai pas eu à déplorer de pertes animales.
Le mercredi, j’ai pu prendre mon temps pour mettre en place la tuyauterie de débordement et installer la pompe de circulation.

Je dois encore peaufiner le décor et l’agencement des coraux, j’y mettrai même peut-être quelques caulerpes.
Mais voilà le résultat de ces deux journées de travail:

Je n’ai pas encore fait de photos des coraux transférés dans le nouveau bac, car ils ne sont pas encore placés définitivement. J’espère trouver une bonne place pour chacun d’entre eux.
Les poissons transférés ont eux tout de suite trouvé leurs marques.
J’avais peur que le Zebrasoma flavescens subisse de plein fouet la foudre de l’Acanthurus japonicus… c’est l’inverse qui s’est produit, un petit coup de scalpel du grand jaune a remis le petit teigneux à sa place dans l’heure suivant le transfert. Depuis ils cohabitent en bonne intelligence. L’ange nain est tout feu tout flamme et le Gramma loreto est plus beau que jamais (et surtout visible à toute heure de la journée).
Le seul petit bemol est que le plus petit des deux Valenciennea puellaris reste caché sous les pierres hors distribution de nourriture… la propreté de mon sable blanc en a déjà un peu pâti.

2,591 total views, 1 views today

One comment

Comments are closed.